Voici une petite compilation des scènes de sexe les plus nulles jamais portée sur grand écran, certaines d'entre elles sont mêmes allées jusqu'à être néfastes envers le fantasme qu'elles souhaitaient explorer.

 

 

EYES WIDE SHUT (1999) :

Lors de sa sortie, Eyes Wide Shut à provoqué un véritable scandale ainsi qu'une petite ruée dans les clubs échangistes. Et si l'on comprend un peu le scandale (Kubrick n'est pas à son premier coup), on se demande si les gens qui sont allés dans les clubs suite au film ont vus la même chose que nous. Regardez juste cette scène, c'est sans aucun doute la soirée échangiste la plus chiante du monde. Tout le monde à l'air de faire ça à contre-coeur, c'est froid mécanique et planifié. L'intérêt de ce moment étant à la base de montrer le côté inhumain et pervers que l'on prête aux sociétés secrètes, et ça donne vraiment pas envie. Remarquez, Scarface est le film préféré des dealeurs de drogues et le Loup de Wall street celui des traders. Tout est possible. 


 

MOTEL HELL (1980) :

Un couple BDSM propose à un autre couple une petite partie fine comme on dit dans le jargon, cette scène est sensée servir d'avertissement contre les gens qui font confiance à n'importe qui, ou c'est peut-être une critique anti-échangisme, peu importe.

 

 

AVATAR (2009) :

Avatar cumule : copulation inter-espèces à l'intérieur d'un autre corps et plan à trois avec forêt entière en se faisant toucher des dreadlocks, ça aurait pu être intéressant dans un autre film, mais pas dans un blockbuster "pour tout public".

 

Sur la route (2012) :

On ne se souvenait pas que le livre de Kerouac parlait d'un plan à 3 entre amis, mais tout comme cette scène, on l'a juste oublié.

 

 

50 SHADES OF GREY (2015) :

C'est à débattre mais vous en doutiez ? Les "vrais" pratiquants du BDSM détestent ce film. Il n'y a rien de particulièrement tendancieux ou choquant, et l'institution de censure des films en France l'a rendu accessible à partir de 12 ans, c'est dire.

 

 

 

 

Pour le fun


 

Showgirls (1995) :

Tout est là, les popopop de l'eau lorsqu'Elizabeth Berkley plonge, le champignon d'eau digne des aquaboulevards de la fin des années 80 et le "final" qui donne à penser à un dauphin qui nage pendant une crise d'épilepsie.

 

 

Risky Business (1983) : 

Vent dans les cheveux et coïts torrides dans les escaliers, okay les escalier c'est un peu marrant si vous êtes pressés, mais de 1 ) ils ne sont pas pressés de monter et 2 ) ça doit juste faire hyper mal de se prendre une planche d'escalier dans le dos. On comprend ce que furent les années 80, mais il faut le dire c'est une idée complètement conne, tout simplement.


 

Partagez-nous vos scènes les plus débiles ou abusées du 7ème art, on sera ravi de les publier.

 


Quitte à rester sur 7 trucs à faire, pourquoi ne pas se faire une destination : c'est ici !